Les films chinois sortis en 2012 en France

films chinois

Cette année a-t-elle été meilleure que l'année 2011 pour le cinéma chinois ? Revenons ensemble sur une année de cinéma chinois en France.

Avec sept films sortis en salles dont une ressortie, l'année 2012 est en tout point comparable à l'année dernière, je vous propose de revenir sur l'ensemble des sorties 2012.

Chronologie

« Apart together » de Wang QuananL'année a d'abord débuté par la sortie en mars du film de Wang Quan An « Apart together » (团圆), un film réussi et traitant d'un sujet intéressant, l'émigration de nombreux chinois vers Taiwan en 1949 et la longue séparation qui s'en est suivie. La vie d'une famille shanghaise se voyait alors bouleversée par le retour d'un mari parti à Taiwan il y a de nombreuses années.

Ensuite sortait le même mois deux films de Wang Bing, « Le fossé » (夹边沟) et « Fengming, chronique d'une femme chinoise » (和凤鸣), les deux films dont le second est un documentaire justifiaient une sortie assez proche dans le calendrier tant ils étaient liés par le sujet, la déportation de milliers de personnes considérées de droite dans des camps de rééducation et de la famine survenue lors de cette même période. Pendant ce temps Wang Bing remportait les récompenses pour son nouveau film « Three sisters » (三姊妹), espérons que ce dernier aura également la chance d'être distribué en 2013.

« 11 Fleurs » de Wang XiaoShuaiEn mai c'est une coproduction franco-chinoise qui débarquait sur nos écrans, avec à la réalisation Wang Xiaoshuai. Son film « 11 fleurs » (我十一) abordait la période sombre de la révolution culturelle du point de vue d'un enfant de 11 ans. Un parcours initiatique pour le jeune protagoniste qui va être confronté aux dures réalités de l'époque. Encore une fois la qualité était au rendez-vous pour ce très beau film d'un réalisateur qui poursuit une filmographie remarquable.

Notons également la sortie le même moi d'un film français sur les minorités Dong. Réalisé par Xiaolin Zhu, une jeune chinoise installée depuis 1990 en France, « La rizière » (田歌) est le premier long métrage réalisé en langue Dong.

En juin et juillet avait lieu le Festival Paris cinéma ou le réalisateur hongkongais Johnnie To fut l'invité d'honneur, son nouveau film fut présenté en avant première et bénéficia d'une sortie dans nos salles après la fin du festival. « La vie sans principe » (夺命金) de Johnnie To traitait à sa manière de la crise économique survenue à Honk Kong dans les années 90, sortant un peu de son genre habituel.

« Poussières dans le vent » de Hou Hsiao-hsien Après Terrorizers d'Edward Yang l'année dernière, Splendor Films proposait en plein mois d'août aux spectateurs de revoir le très beau film « Poussières dans le vent » (戀戀風塵) de Hou Hsiao-hsien, huitième film du réalisateur taïwanais. Réalisé en 1986 ce film sur la jeunesse taïwanaise, en parti autobiographique, narrait l'histoire de deux amis d'enfance qui s'étaient promis de finir leur vie ensemble et qui vont voir finalement la distance les séparer.

Enfin à la rentrée de cette année, le film « Sauna on Moon » (嫦娥) de Zou Peng eu l'honneur de sortir dans nos salles, notamment on peut le penser grâce à une sélection à la Semaine de la Critique du Festival de Cannes. Le film traitait de la prostitution en Chine sous un angle un peut différent de ce que l'on a l'habitude de voir sur le sujet.

Impressions

Cette programmation de l'année 2012 révèle qu'il est toujours autant difficile au cinéma chinois de percer en France. Même si la sélection de cette année reste de bonne qualité, le nombre de films diffusés cette année n'a pas augmenté et reste tout de même très faible avec moins d'un film par mois.

La Chine est l'un des plus gros producteurs de films au monde, le nombre de films ne devrait pas être un problème, mais alors pourquoi le cinéma chinois peine-t-il tant à être distribué en France ? C'est ce que nous allons essayer de comprendre dans un prochain article.

D'ici là Chine et films vous souhaite de très bonnes fêtes de fin d'année et espère une année 2013 laissant plus de place au cinéma chinois.

Crédit photo : Certains droits réservés par A.Currell

Commentaires

Çà n'est pas qu'en France que les films chinois peines à s'exporter mais dans tous les pays à part l'Asie. C'est pareil pour les films français ou encore japonais à l'étranger dont en Chine. Seuls les blockbusters américains s'exportent bien, si bien qu'ils sont soupçonnés de verrouiller les marchés volontairement.
Et puis en France, déjà que seulement 12% des films français sont rentables... le meilleur moyen c'est le DVD ou la VOD, personnellement j'aime les films asiatiques mais on n'a jamais la chance d'en voir, ne reste que la location ou quelques rares diffusions à la télé.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
To prevent automated spam submissions leave this field empty.